HOPKINS (F. G.)

HOPKINS (F. G.)
HOPKINS (F. G.)

HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND (1861-1947)

Biochimiste anglais qui fut le seul parmi ses contemporains à formuler correctement les problèmes de la biochimie et à les présenter d’une manière accessible à la logique et à l’expérimentation. Sa vision d’ensemble des mécanismes biochimiques et de leurs relations avec la vie, de la reproduction, du fonctionnement de la cellule a permis à la biochimie d’émerger et d’exister en tant que discipline constituée. Né à Eastbourne (Grande-Bretagne), Hopkins doit interrompre ses études faute de moyens financiers. Il entre à dix-sept ans comme apprenti chimiste dans un laboratoire de Cambridge; il y reste trois ans jusqu’à ce qu’un héritage opportun lui permette de s’inscrire à la Royal School of Mines de South Kensington, et peu après à l’Institut de chimie dans une section de chimie appliquée. Il réussit brillamment ses examens et il est engagé par un expert du tribunal de Londres pour effectuer des analyses toxicologiques dans les cas d’empoisonnements criminels. Dans le même temps, il prépare une licence de sciences à l’université de Londres et, en 1888, il entreprend des études de médecine qu’il achève en 1894. Après avoir enseigné quelque temps la toxicologie et la physiologie, il accepte un poste à l’université de Cambridge, y enseigne la chimie physiologique, tout en se livrant à la recherche. Pour subvenir à ses besoins, il dirige également les étudiants en médecine de l’Emmanuel College, dont il devient en 1906 le directeur des études scientifiques. À Cambridge, il déploie tous ses efforts pour promouvoir la biochimie et pour la faire considérer comme une discipline distincte de la chimie et de la physiologie. En 1914, l’université de Cambridge fonde une chaire de biochimie, dont il sera le premier titulaire. En 1929, il reçoit le prix Nobel de médecine «... pour la découverte des vitamines stimulant la croissance...».

Ses premiers travaux sont révélateurs de l’impact qu’eut la chimie analytique sur la chimie physiologique. Hopkins fut un des rares pionniers de son époque à réaliser que l’organisme vivant doit être pensé en termes de mécanismes chimiques. On pensait alors que la chimie de la cellule n’était pas de même nature que la chimie organique: l’oxygène et les aliments, après incorporation dans les molécules vivantes — le protoplasme — perdaient leurs caractéristiques chimiques et subissaient de mystérieuses transformations, avant de réapparaître comme produits finaux, tels que gaz carbonique et urée. Hopkins aborde ces problèmes sous l’angle de la nutrition. Il pose en principe qu’il est temps de considérer comme critères de la valeur nutritive des aliments non seulement leur énergie et leur teneur en azote, mais aussi leur contenu en protéines et leurs caractères chimiques spécifiques. Il en apporte la preuve en démontrant qu’il existe des acides aminés qui doivent être obligatoirement présents dans la ration alimentaire pour que le besoin azoté soit couvert. Le tryptophane, qu’il découvre en 1901, est un acide aminé indispensable. Il pose également le problème des proportions de protéines, glucides, lipides et sels minéraux dans la nutrition. L’aboutissement de ces travaux sera la découverte des vitamines en 1912. La conception qu’il se fait de la cellule — qu’il assimile à une grande usine chimique constituée d’unités de fonction déterminées — est extrêmement nouvelle pour l’époque. Toute sa vie, il s’attaque à la notion de complexe protoplasmique qui, estime-t-il, est pernicieuse et encourage l’obscurantisme. En cela, il rejoint Pasteur dans son combat contre la génération spontanée et Franz Hofmeister (professeur à Strasbourg) qui pense que la cellule est le siège d’événements chimiques organisés et dirigés au profit du fonctionnement et de la croissance cellulaire. Vers 1920, il expérimente sur la nature la fonction et l’interaction des enzymes intracellulaires et s’intéresse vivement au problème de la catalyse enzymatique spécifique qui, dit-il, est indispensable à la vie. En tant que professeur, il désire que l’enseignement soit essentiellement actif: séminaires et expérimentation. Plutôt que d’imposer à ses élèves uniquement un cours magistral, il préfère leur faire prendre conscience des lacunes et de l’inexploré et leur suggèrer de futures recherches éventuelles, sans, toutefois, les influencer: il ne désirait pas «faire école».

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Hopkins — is an English and Irish patronymic surname meaning son of Hob . Hob derives from a short form of Robert. The name is also common in Ireland, where it may be an Anglicisation of the Gaelic name Mac Oibicin , of uncertain derivation. Hopkins is an… …   Wikipedia

  • Hopkins — bezeichnet: Die Johns Hopkins University in Baltimore Johns Hopkins Hospital, ein Krankenhaus in Baltimore Hopkins (Name), einen Familiennamen Hopkins ist der Name folgender Orte: Hopkins (Belize) Hopkins (Michigan) Hopkins (Minnesota) Hopkins… …   Deutsch Wikipedia

  • Hopkins — Hopkins, Frederick Gowland Hopkins, Gerard Manley * * * (as used in expressions) Gallaudet, Thomas Hopkins Hopkins, Esek Hopkins, Gerard Manley Hopkins, Harry L(loyd) Hopkins, Johns Hopkins, Mark Hopkins …   Enciclopedia Universal

  • Hopkins — hace referencia a: Bernard Hopkins, boxeador estadounidense. Bernard Hopkins, jugador de baloncesto de Estados Unidos. Frederick Gowland Hopkins, bioquímico británico, premio Nobel de Medicina en 1929. Gerard Manley Hopkins, sacerdote jesuita… …   Wikipedia Español

  • HOPKINS (G. M.) — C’est un étrange destin qu’a connu Gerard Hopkins. Nulle vie en apparence plus banale, plus mêlée au commun. L’homme ne fut apprécié que de rares amis et son œuvre poétique resta pratiquement ignorée de son vivant. Elle le demeura près de trente… …   Encyclopédie Universelle

  • Hopkins — Hopkins, MO U.S. city in Missouri Population (2000): 579 Housing Units (2000): 265 Land area (2000): 0.722403 sq. miles (1.871015 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.722403 sq. miles (1.871015 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hopkins —   [ hɔpkɪnz],    1) Sir (seit1993) Anthony, britischer Schauspieler, * Port Talbot 31. 12. 1937; vielseitiger Charakterschauspieler, der ab 1964 in London spielte; Mitglied des National Theatre. Seit 1968 tritt Hopkins in Filmen auf; Weltruhm… …   Universal-Lexikon

  • Hopkins, MI — U.S. village in Michigan Population (2000): 592 Housing Units (2000): 229 Land area (2000): 0.520627 sq. miles (1.348418 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.520627 sq. miles (1.348418 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hopkins, MN — U.S. city in Minnesota Population (2000): 17145 Housing Units (2000): 8390 Land area (2000): 4.076442 sq. miles (10.557936 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 4.076442 sq. miles (10.557936 sq. km)… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hopkins, MO — U.S. city in Missouri Population (2000): 579 Housing Units (2000): 265 Land area (2000): 0.722403 sq. miles (1.871015 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.722403 sq. miles (1.871015 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»